Association Reconnaissance

Forum de l'association Reconnaissance, nouvelle appellation de l'association Red Devils qui regroupe les membres de l'association mais aussi les reconstituants, collectionneurs et véhiculistes du secteur de la Somme sur le thème de la 2e guerre mondiale.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Voler en Piper L4...

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 919
Date d'inscription : 01/06/2012
Age : 32
Localisation : Thezy Glimont

MessageSujet: Voler en Piper L4...   Lun 24 Sep - 17:43

Bonjour,

Voilà de ça quelques mois, j'ai eu la possibilité lors d'un accompagnement en meeting de piloter le Piper.

J'ai
pu filmer le retour après près de 2heures de vol. On lit facilement la
fatigue et le stress qui retombe car ça a beau être un super avion, ça
n'est que de la toile sur des tube et les turbulences et autres coups de
vent sont toujours des épreuves à affronter pour stabiliser l'appareil.
J'ai
pu me perfectionner en lecture de carte et mettre en pratique les
méthodes des équipages en vol: équation de vol / marquage sur carte /
positionnement en vertical au sol etc...

J'ai eu la chance aussi
de pouvoir "ressentir" ce qu'avait le Piper dans le ventre avec quelques
acrobaties qui je l'avoue m'ont un peu retourné l'estomac mais rien de
bien méchant...pas de tonneau ni de looping.

Voilà donc la vidéo de la fin de ce vol et de mon atterrissage.



Donc
voilà le rêve qu'il me reste à réaliser, celui de passer mon brevet de
pilotage et de pouvoir accompagner les convois US lors des
manifestations et amener avec moi les personnes qui aimeraient voler en
Piper. L'important c'est de faire partager ce genre de sensation!! Smile ça serait vraiment un pied monstre !!

Après quelques mois passés dans l'oubli, j'ai retrouvé des photos prises lors de "missions en piper".

Un
ami avait la délicate attention de n'emmener avec lui lors des meeting
ou des vols locaux. Nous aimions parfois rentrer des scénarios de vol et
ainsi mettre en applications de réelles missions d'observation.

Nous
avons ici préparer un vol d'environ 1h30 vers Compiègne. Le but était
de rejoindre la base aérienne pour se regrouper avec d'autres avions
anciens mais aussi de respecter un itinéraire spécial.


En voici quelques photos.


Prêt pour le départ... on lance la check list...


Il
faut optimiser l'espace... et surtout tout prévoir... un coup de vent
peut faire tanguer l'appareil et faire bouger le matériel.


Poste
du co-pilote, lui aussi a un jeu de commande afin de relayer le pilote.
Le pilotage sur longue distance est assez fatiguant car il faut très
souvent garder l'avion dans sa trajectoire, se fier aux instruments pour
l'altitude et la vitesse et surtout garder des repères au sol. Les
écouteurs étaient fonctionnels.
Manettes: à gauche> les gazs; au milieu> le manche.
Les
cadrans: tours/minute moteur/ vitesse / Altimètre / indicateur
d'inclinaison (si mes souvenirs sont bons)/ en noir jauge huile/essence
et température moteur.
Le poussoir à droite est la pompe à essence. (à couper immédiatement si le moteur prend feu)
Au nez du co-pilote, le réservoir principal.


un
avion sans pin-up est pas un avion !!! Un brouillard est soudainement
tombé...on décolle quand même car le plafond est bas, au dessus des
nuages on sera mieux !!


C'est
partie on décolle. Vu d'en haut le brouillard semble disparaître...
attention quand même au repère au sol car il se cache parfois avec un
rien.




Grand
moment de solitude...on monte au dessus des nuages et là...plus rien.
J'ai tellement été transporté par le moment que j'en ai écrit un récit
une fois arrivé au sol...

"Instant de Paix"

Nous prîmes de l'altitude. L'avion oscillait au gré des turbulences qui
cependant commençaient à s'estomper. Un dernier effort et nous vîment
les premiers sommets. C'est alors que l'on passa comme une porte, comme
un immense portail... nous y étions.

Plus de secousse, plus de
déviation, l'avion suivait exactement la trajectoire que le pilote lui
proposait...comme si cette machine ailée était elle aussi submergée par
la beauté de ce qui lui était donnée de voir. Plus de repère, plus de
temps, nous étions ailleurs, nous suivions une route qui quelques
instants plus tôt n'existait pas et qui dans quelques minutes aurait
déjà disparu. Nous étions seuls dans cette immensité. Les nuages,
grosses masses sombres et menaçantes vus du sol n'étaient plus que de
vastes et douces étendues de coton.

Antoine: "Pierre??........Bienvenu au Paradis".

J'eus du mal à croire que cet espace fut autre chose que le paradis. Les
doutes et les interrogations disparaissent sur l'éventuel rapport entre
cet élément et ce lieu mystique. Nous étions là sans y être. L'effet de
puissance et de quiétude qu'inspirait ce paysage nous réduisait en une
autre forme dans une autre dimension. Où étions nous? Que survolions
nous? Quelle heure était-il? Faisait-il froid? Aucune idée. Nous
réalisions un rêve, un fantasme humain. Rien que du bleu au dessus de
nos têtes et un soleil, seul témoin observant nos délires.

La
verrière s'ouvrit...un air frais entra dans l'appareil...un souffle
puissant glaça nos mains quand, dans l'inspiration du moment, nous
tendîmes
un bras à l'extérieur du fuselage et que l'avion vînt transpercer un
nuage... Pleurer de joie? Pourquoi? Le ciel s'offrait à
nos yeux comme une merveille...je ne sais pas pourquoi mais il ne le
fallait pas...souiller ce lieu d'une larme...JAMAIS.

Loin de la
Terre, loin de tout, nous divaguions...slalomant entre ces grandes
crevasses de condensation. En dessous, un écran de verdure nous rappela à
l'ordre. Il fallait déjà quitter ce lieu et dans un dernier virage,
glissant dans un blanc immaculé, nous retrouvions la Terre et ses
contraintes, le temps et ces turbulences. Un œil sur la carte...nous
n'avions pas dévié comme si durant ces quelques minutes de vol au dessus
du monde des Hommes, l'espace nous avait libéré de ses emprises et
offert cet instant de paix.

Récit d'une histoire vraie et vécue."

Voilà pour le petit instant poète Wink.


Et
là c'est le drame...dans l'Aisne, perdre un village c'est perdre sa
route... avec du brouillard et la jauge d'essence qui descend...une
blague me vient à l'idée..."si on tombe en rade, tu pousses?!" ... On en
menait pas large quand même !!


Dans
la situation, la moindre route, intersection, la moindre maison était
une indication... on s'est concentré sur la boussole allant direction
3/4 Sud Est... en attente d'un relief exploitable mais en rase
campagne... silent






Des
villages...vite à la carte !!! Avec la vitesse, la direction on repère à
peu près où l'on est... un coup de radio pour relever notre position
par localisation des autres bases et c'est bon... Dans ce genre de
moment on se sent très très très seul !!!


Base en vue !! Nous y sommes !!! OUUFFF !!!!! "en attente d'autorisation d'atterrir !!"


Compiègne vu du ciel.









Normalement
je commence mon brevet d'ici quelques mois avec le passage du "code" de
l'air. D'ici 1 à 2 ans je pourrai emmener des gens histoire de faire un
tour et ainsi partager cette magnifique sensation qu'est de voler !!! Smile

_________________

Changer vos stratégies et vos tactiques mais jamais vos principes.




Une erreur ne se révèle souvent telle qu'à la lumière de ses conséquences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reconnaissance.lebonforum.com
 
Voler en Piper L4...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» <<Liens pour apprendre à bien voler >>
» Travailler c'est trop dur et voler c'est pas beau...
» VOLER AU MAROC......
» voler à Mayotte
» Voler sur Ju 52 à Tempelhof

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Association Reconnaissance :: Le coin du chineur :: Un rêve ?!-
Sauter vers: